fr French en English

Le Projet Chèque Santé, dans la poursuite de sa lutte pour la diminution du taux de mortalité maternelle et néonatale au moyen d’un mécanisme de prépaiement de soins appelé « chèque santé », permet de réduire les barrières financières d’accès aux soins obstétricaux et néonatals d’une part et d’améliorer la qualité des soins à travers un système d’achat de prestations de soins à un juste prix d’autre part.

Dans ce cadre, l’Antenne Régionale de Gestion du Chèque Santé pour le Nord a  organisé du 10 au 11 Octobre 2019 une réunion d’évaluation des résultats obtenus au cours du 1er semestre 2019, avec la participation des principaux intervenants que sont : les Responsables des formations sanitaires accréditées, les Chefs de Districts de Santé et le Délégué Régional pour la Santé du Nord, afin de s’assurer de l’atteinte des objectifs fixés.

PROJET CHEQUE SANTE : L’ANTENNE REGIONALE DE GESTION DU CHEQUE SANTE DU NORD IMPREGNE LE PERSONNEL DU FONDS REGIONAL DE PROMOTION DE LA SANTE DU NORD

Afin de permettre une bonne intégration du projet au FRPS Nord et d’anticiper la préparation  de la pérennisation de la mise en œuvre de ce nouveau mécanisme par cette structure, l’ARGCS Nord a organisé du 03 au 04 Octobre 2019, une réunion de capacitation des responsables et des superviseurs du FRPSN sur la mise en œuvre  du système chèque santé dans la Région du Nord.

PROJET CHEQUE SANTE : ATELIER DE REVISION INTERNE DES PROTOCOLES ET DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION OPERATIONNELLE DU PROJET CHEQUE SANTE

Initialement mis en œuvre par un opérateur national, le projet Chèque Santé a été transféré au Ministère de la Santé Publique depuis Mai 2018. Plus de trois années après le dernier atelier de programmation opérationnelle, ce projet a connu une évolution remarquable dans sa mise en œuvre, sans compter que des modifications au niveau de certains programmes à l’instar du PBF, la rupture des intrants des programmes de lutte contre le paludisme et le VIH/SIDA, l’extension du projet vers de nouvelles formations sanitaires impactent significativement sur la mise en œuvre de certaines activités du projet, nécessitant de fait que soit revue les protocoles de soins et la programmation opérationnelle initialement faite.

Dans ce cadre, l’Unité de Coordination du Programme Conjoint (UCPC) a organisé du 14 au 20 Octobre 2019  un atelier interne, réunissant les personnels des trois antennes septentrionales à Garoua, avec pour but de réviser les protocoles de soins et de peaufiner le document de propositions devant être présenté lors d’un autre atelier avec les responsables du MINSANTE pour validation.

 

 

A titre de rappel, le Chèque Santé a pour but de contribuer à la réduction du taux de mortalité maternelle et néonatale dans les Régions septentrionales du Cameroun, à travers la prise en charge gratuite des prestations liées à la grossesse, après achat du Chèque Santé à 6 000 FCFA. Il s’agit notamment de 04 consultations prénatales, 01 échographie, 01 accouchement sécurisé (simple, césarienne, épisiotomie, ou tout autre complication), le suivi post natal de la mère et de l’enfant jusqu’à 42 jours après accouchement et des complications liées à la grossesse (infections, anémie grave, pré-éclampsie sévère, éclampsie, déchirure du col du périnée, hémorragie post-partum, tétanos néonatal, détresse néonatale, hypoglycémie, et surtout Paludisme pour ne citer que celles-là).

En fait, le Paludisme reste selon le Ministère de la Santé Publique du Cameroun l’une des principales causes de mortalité chez la femme enceinte au Cameroun en général, mais beaucoup plus dans les 03 Régions septentrionales (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord). Raison pour laquelle aucun   effort n’est ménagé   pour   promouvoir   des   mesures préventives et curatives contre ce fléau. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans sont les couches de la population les plus  touchées.  Alors, si le paludisme n’est pas correctement traité, il peut entrainer la perte du bébé et même le décès de la femme enceinte. Pour prévenir efficacement le paludisme, toutes les femmes enceintes doivent dormir sous une moustiquaire imprégnée  et prendre le traitement préventif intermittent (des comprimés pendant la grossesse pour prévenir la maladie).

Alors, l’Antenne Régionale de Gestion du Chèque Santé du Nord a saisi l’opportunité de ce rassemblement autour de la distribution des MILDA pour rassurer  les communautés qu’en cas de manifestation de la maladie chez les femmes enceintes et nouveau-nés, ayant souscrit au Chèque Santé,  le traitement est totalement gratuit durant toute la période de grossesse jusqu’à 42 jours après l’accouchement chez la mère et le nouveau-né.

C’est donc environ 350 000 bénéficiaires MILDA qui ont été sensibilisés dans les Districts de Santé de Garoua 1, 2 et Figuil, sur les 15 Districts de Santé que compte la Région.

Ces différentes stratégies s’inscrivent donc comme une réponse forte du Gouvernement camerounais pour la diminution du taux de mortalité maternelle et néonatale, en préventif (MILDA) et en curatif (Chèque Santé) dans la Région du Nord.

Le 12 Septembre 2019 à la Délégation Régionale pour la Santé Publique du Nord, s’est tenue la cérémonie officielle de distribution de 1 666 509 Moustiquaires Imprégnées à Longue Durée d’Action (MILDA), présidée par le Gouverneur de la Région Jean ABATE EDI'I.  

Les chefferies traditionnelles ayant été identifiées comme l'un des principaux cadres où se sont déroulées les opérations de distribution, l’Antenne Régionale de Gestion du Chèque Santé Nord (ARGCS) a profité de cette aubaine pour mettre sur le terrain les 70 Agents de Santé Communautaires (ASC) et 03 Référents de Districts (RD) qu’elle compte pour mobiliser et sensibiliser davantage les bénéficiaires des MILDA sur le Chèque Santé et ses atouts, ceci sous la supervision du Responsable Marketing.

Le lundi 29 juillet 2019 à partir de 10 heures, Monsieur le Coordonnateur de l’Unité de Coordination du Programme Conjoint (UCPC), assisté de ses plus proches collaborateurs, a présidé dans la salle de conférence de l’UCPC à Yaoundé, une réunion de concertation entre les responsables de l’UCPC, les Chefs d’antennes Chèque Santé des régions septentrionales, l’administrateur du Fond Régional de promotion de la santé pour le Nord et les responsables de l’assistant Technique CIDR/CARE.

A l’issue de cette réunion, les documents suivants ont été élaborés pour une bonne collaboration entre les FRPS/AGCS et CIDR dans le cadre d’une mise harmonieuse des Cellules mobiles de développement (CMD). Il s’agit de :

  1. La matrice de responsabilité dans le cadre des CMD
  2. Le circuit de paiement des recettes liées à la vente des chèques
  3. Le circuit de gestion des factures des prestations

Composantes

 Dans la mise en œuvre du PC, trois (3) composantes décomposées elles-mêmes en cinq (5) volets sont à la manœuvre. Ici, un regard plus adroit indique de scruter d’abord l’amélioration de la gouvernance du système de santé. 

Cette première composante sus-indiquée donne de la place et de l’espace à l’amélioration de la gestion du système de santé et au renforcement du suivi et de la coordination des DRSP ; dans sa deuxième composante, l’accent est plutôt mis sur l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité des services de santé. Ceci donne lieu à l’amélioration de l’accessibilité financière aux soins et l’amélioration de la disponibilité et de la qualité de l’offre de soins. Enfin, comme troisième composante et dernier volet, il s’agira de renforcer les capacités de coordination et de gestion du MINSANTE. Toutes ces composantes et ces volets facilitent le travail dans le but de susciter un meilleur rendement.

organigramme

Coordonnateur
Coordonnateur
Expert Technique International
Expert Technique International
Expert en passation des marchés
Expert en passation des marchés
Expert en suivi/évaluation
Expert en suivi/évaluation
Expert Chèque santé
Expert Chèque santé
Expert épidémiologie chèque santé
Expert épidémiologie chèque santé
COMPTABLE 1
COMPTABLE 1
COMPTABLE 1
COMPTABLE 1
Secrétariat
Secrétariat
Chauffeurs/agents de liaison
Chauffeurs/agents de liaison
Chauffeurs/agents de liaison 2
Chauffeurs/agents de liaison
Technicien de Surface
Technicien de Surface

Placée sous l’Autorité du Secrétaire Général du MINSANTE, l’Unité de Coordination a pour principale mission d’assurer la coordination, l’animation, la gestion financière et budgétaire, le suivi comptable, la planification, la programmation et le contrôle des activités du C2D Santé 1 et du  Programme Conjoint.

A ce titre et en étroite collaboration avec les structures techniques de mise en œuvre  et les agences d’exécution et des opérateurs concernés, elle assure les activités suivantes sur le C2D santé 1 et le Programme Conjoint :

  • planification et programmation des activités ;
  • accompagnement des agences d’exécution et des opérateurs ;
  • élaboration et diffusion des outils de gestion, de suivi-évaluation et des procédures ;
  • suivi-évaluation de l’exécution physico-financière ;
  • suivi de l’exécution des marchés suivi de la gestion financière, patrimoniale et comptable ;
  • production des états de paiement sur les ressources ;
  • préparation des audits et suivi de la mise en œuvre de leurs recommandations ;
  • production des rapports d’exécution physico-financière ;
  • organisation des missions conjointes et suivi de la mise en œuvre des recommandations ;
  • promotion du C2D Santé 1 et du Programme Conjoint ;

Débuté le 5 mai 2014, le chèque Santé a fait son bout de chemin et déjà au 31 décembre 2015, quelques chiffres parlaient d’eux-mêmes. Avec un objectif annuel fixé à 16000 chèques, 9175 ont été vendus, soit plus de la moitié. La région de l’Extrême Nord s’en sort avec la palme d’or des ventes soit 3881 chèques, suivi de l’Adamaoua avec 3256 et le Nord avec 2038. A cela, il faut également ajouter 29591 prestations dont 14333 CPN. Au titre des accouchements, il est à noter que 4067 accouchements ont été réalisés. Avec 385 cas compliqués, 84 césariennes, 1970 CPON NN, 1695 CPON mères, 286 complications postpartum, 463 cas référés et 143 cas d’accouchements accompagnés par les matrones référentes communautaires, le chèque Santé se dévoile comme une véritable matrice dont l’importance n’est plus à démontrer.

A cet effet, les conséquences qui ressortent ne peuvent être que positives et pédagogiques, à travers tous les enseignements qu’on peut en tirer. Tout d’abord, il y a une accessibilité globalement bonne par le personnel de santé, variable au niveau des populations et des régions. Ensuite, il y a un changement visible dans les habitudes étant donné les lenteurs observées dans la maitrise des procédures ou encore de la tarification et de la facturation. Mais ce qui apporte une satisfaction totale dans cette évaluation c’est de savoir qu’au demeurant, il y a moins de décès de femmes et de nouveau-nés avec le chèque Santé. Cela est d’autant plus remarquable dans la mesure où, grâce à certains niveaux d’utilisation de certaines prestations avec ou sans chèque, les informations sur l’effet potentiel de ce dernier sont retentissantes. C’est dire qu’une certaine opinion accorde déjà un meilleur avenir à cette manne qui donne de l’espoir à toutes futures mamans avec ou sans moyens.

Encore appelé bon d’achat ou Voucher, le chèque santé est une aide financière aux femmes à faibles revenus. Les coûts liés à l’accouchement pour la maman et éventuellement à la prise en charge du nouveau-né en cas de complication ne sont pas toujours  à la portée de tous. Le CS apporte une aide substantielle à travers un mécanisme de prise en charge. Il s’agit pour lui de subventionner des soins liés à la grossesse, à l’accouchement et à la prise en charge des nouveau-nés. Trois étapes non négligeables qui sont à la base de la mortalité maternelle, néonatale ou infantile. Sujet très préoccupant au Cameroun, la mortalité maternelle et néonatale a amené Le gouvernement à mettre en place une stratégie sectorielle du secteur de la santé.

Le CS se justifie donc par le fait que le besoin est urgent dans le sens de l’amélioration en termes de disponibilité, d’accès d’utilisation et de qualité des soins obstétricaux et néonataux. C’est dans cette dynamique que des accords ont été signés dans le cadre de la  coopération avec les partenaires pays à l’instar de la France et de l’Allemagne, avec l’objectif de mettre en place  dans le cadre du SWAP, un Programme Conjoint pour satisfaire la « demande » de la population camerounaise dans ce besoin suscité. 

Il a démarré le 5 mai 2014 et a pour Maitre d’œuvre le groupement CIDR/CARE Cameroun. Pour une durée de 42 mois dont 6 de préparation et 36 de mise en œuvre, il se déploie dans l’Extrême-Nord, le Nord et l’Adamaoua d’une manière particulière, mais pourrait s’étendre sur toute l’étendue du territoire. 

Le CS se présente comme une transition entre l’absence de système de partage de risque lié à la maladie et une couverture substantielle de la population par des mutuelles de santé. Ainsi, il coûte 6000 FCFA pour une prise en charge estimée à 60000 FCFA. Il s’obtient notamment dans les FOSA, chez les revendeurs tels que les référents communautaires, les agents de santé communautaires et les revendeurs privés. Ce prix traduit la volonté du gouvernement d’aider toute femme dès qu’elle est enceinte. Cependant, il peut également être acheté par le mari ou tout autre membre de la famille, toute autre  personne physique ou morale y compris les collectivités territoriales décentralisées, les mairies, les organisations (tontines, mutuelles, associations, ONG, etc.) 

Avec une durée de validité de 365 jours à compter de la date de sa mise en service dans une structure sanitaire, il faut néanmoins noter que les cas d’interruption de grossesse volontaires ou involontaires et de décès annulent automatiquement le chèque. Toutefois, un CS perdu ou abimé avec déclaration est remplacé moyennant 1000 FCFA. 

Tout ceci vise et contribue à réduire considérablement la mortalité maternelle, néonatale et infantile en agissant principalement sur le retard dans la décision de rechercher les soins, le retard dans la réalisation de ces soins, et le retard dans la réception même des soins.

Partenaires