Actualité

Depuis 2017, le projet a mis en place une application de collecte, analyse et évaluation des données sanitaires de la femme enceinte qui s’améliore au fil des années.

3 ans après sa mise en place dans le cadre du projet chèque santé, le logiciel chèque santé DATA ne cesse d’intégrer des améliorations en fonctions des réalités du terrain. C’est dans cette optique qu’avec l’avènement du concept des cellules mobiles de développement (CMD) dont la mission est d’assurer l’extension du chèque santé dans les districts n’ayant pas encore bénéficier du projet dans des délais significativement courts ( 6 mois), s’est tenu au centre hôtelier «les perles du sahel » à Maroua, du 21 au 25 janvier 2020, un  atelier de formation initiale des CMD au CS DATA 3.0, en guise d’outil de suivi-évaluation des données de formations sanitaires dont elles ont la charge. L’objectif est de doter l’ensemble des participants des connaissances nécessaires à l’usage de cette application afin de mieux collecter et traiter les données liées au projet. Par la suite s’en suivra un recyclage du personnel concerné dans les antennes pour harmoniser l’ensemble des données collectées dans les formations sanitaires accrédités dans le projet.

 

Le projet chèque santé

Le projet chèque santé, instauré en 2015 par le ministère de la santé publique pour une phase pilote pour trois ans, a pour objectif de réduire la mortalité maternelle et infantile dans la partie septentrionale (régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua) du pays. Le projet finance partiellement les soins de santé maternelle et néonatale. La femme enceinte entre en possession de son « chèque » moyennant la somme de 6 000 FCFA ,  et celui –ci lui donne droit aux prestations « de qualité » : prise en charge des pathologies qui ont un impact sur l’évolution de la grossesse (paludisme, anémie, infections…), quatre consultations prénatales, une échographie, un accouchement et la césarienne si les complications surviennent, ainsi qu’un suivi post-natal pour la mère et son bébé pendant 42 jours.

Rendu à sa seconde phase, le projet veut s’étendre dans l’ensemble du septentrion et des autres régions du Cameroun en mettant l’accent sur un suivi de qualité des données liées aux prestations du chèque santé, ce qui pourra faciliter l’évaluation de son impact pour les populations bénéficiaires.

Untitled 6

Les participants

L’atelier sur le CS DATA version 3.0 aura duré 4 jours avec des participants venus des services centraux, du Centre International de Développement et de Recherche et des Cellules Mobile de Développement. L’objectif étant de réunir le collectif qui intervient de la collecte à la validation des données liées au chèque santé.

Au niveau des services centraux, l’UCPC s’est fait représenter par :

  • Mr ONANA Emmanuel, expert en suivi évaluation
  • Dr BALEBA, expert chèque santé
  • Mr EFFA Salomon, épidémio/SE-CSUCPC

Et le CIDR a été représenté par :

  • Dr BOUBA, chef de mission CIDR Cameroun
  • Mr NSABIMINA Siméon, directeur des opérations

Les cellules mobiles de développement chargé de la collecte, l’analyse et le transfert des données au niveau central sont composés des chefs d’équipes, responsables de la promotion et du superviseur des CMD dans le septentrion.

L’équipe des consultants est composée de :

  • Mr TCHOUDJA Victorien, Ingénieur statisticien en charge de la formation sur le logiciel CS DATA
  • Mr EKANI NDONGO Guy, chargé d’étude assistant n°2 de la cellule d’information sanitaire au ministère de la santé publique, en charge de la formation sur le logiciel DHIS2

CS2

Le contenu de l’atelier

Sous la conduite du Centre International de Développement et de Recherche, organe contractuel en charge d’implémenter l’extension du chèque santé, l’atelier de formation initiale des CMD sur le CS DATA 3.0 s’est d’abord appesanti sur la notion de suivi-évaluation pour outiller les participants du contenu de cette discipline avant d’abordé la présentation du logiciel. Dans ce second module, les participants ont bénéficier des éléments théoriques et pratiques sur le CS DATA et se sont prêter à des séances de simulations du remplissage des données collectés dans certaines formations sanitaires de l’extrême nord accréditées par le projet chèque santé.

Le consultant ayant créé le logiciel s’est attelé à former d’une part les chargés de promotions marketing des CMD sur le partie collecte, validation et transfert des données au niveau régional, tandis que les médecins chefs d’équipes ont été formés sur la vérification des données collectées et le transfert au niveau du superviseur qui quant à lui se charge de les transférer au niveau central. Tour à tour, il a été question d’installer et configurer le logiciel dans les machines des participants, étudier le menu de la collecte des données, simuler la saisie des données dans CS DATA, contrôler et corriger les erreurs, transférer les données à la hiérarchie, ajouter les chargés de collecte, assigner les formations sanitaires, produire et interpréter les indicateurs clés, transférer et réceptionner les mises à jour de l’application CS DATA.

L’atelier s’est enrichi en intégrant aussi une brève présentation du logiciel DHIS2 utilisé par le ministère de la santé publique pour la collecte, le stockage et l’interprétation de ses données. Ce logiciel disponible via la plateforme www.dhis-minsante-cm.org, est une initiative du  HISP  (Health Information Systems Program),  programme du département d’informatique de l’université d’Oslo. Les principaux modules abordés sur ce logiciel sont : la saisie et l’interprétation des données, la réalisation des graphiques et des tableaux croisés.

Au sortie de cet atelier, les participants sont très satisfait de la qualité de la formation et la simplicité du logiciel qu’ils se sont appropriés selon le type de responsabilités attribuées dans la plateforme. CS DATA version 3.0 sera ainsi l’application par excellence de collecte, interprétation et validation des données liées aux prestations du chèque santé dans les différentes formations sanitaires accréditées.

Untitled 9

 

Sous la conduite de l’IGSA, s’est tenu du 25 au 26 juin 2020 au centre international de conférences de MBALMAYO, l’atelier de validation des documents de modélisation du chèque santé proposés par le Centre International de Développement et de Recherche (CIDR) arrivé en fin de mandat au Cameroun. Cet atelier de deux jours a permis de valider les documents de modélisation technique, économique et la modélisation technique et économique déconcentrée avec gestionnaire de district. Un autre point de discussion a été celui de la finalisation du logiciel devant permettre de rendre automatique le dispositif chèque santé, entre autres l’activation des chèques, traitement des factures, etc par le partenaire CIDR. Il a également permis de passer en revue les insuffisances et les forces des activités réalisées par les Cellules Mobiles de Développement (CMD)/CIDR dans les trois régions concernées. Le Coordonnateur du Programme Conjoint MINSANTE-KFW-AFD (UCPC) le Dr OKALA ABODO Raphael a profité de l’occasion pour instruire aux Antennes Régionales de Gestion du Chèque Santé (ARGCS) de proposer des nouveaux organigrammes par antennes afin de répondre au nouveau défi qui est le leur avec l’arrivée des FOSA des vagues 4 et 5 enrôlées, puis transférées par les CMD/CIDR.

 A la fin de l’atelier, les participants ont eu l’occasion de participer à un diner d’aurevoir organisé par le partenaire CIDR.

Mis en œuvre par le gouvernement, le mécanisme de prépaiement du chèque santé à 6000 Fcfa a permis depuis 4 ans de réduire la mortalité maternelle et néonatale mais aussi l’accouchement à domicile. Pendant ce point de presse, il ressort qu’en septembre dernier, 56993 chèques santé ont été vendus dans les 27 formations sanitaires accréditées à travers les cinq districts de santé de mis en œuvre. Il s’agit de Maroua 1, 2 et 3, Bogo et Moutourwa. Il faut également noter que ce projet est en extension notamment à Yagoua dans le Mayo Danay et à Tokombéré dans le Mayo Sava. Le taux d’adhésion varie entre 54 et 79% pour un objectif fixé à 80%. « Le chèque santé est un projet qui est venu nous soulager en termes de dépenses. Les tracasseries que nous vivions par le passé. Nous retrouvons les médicaments sur place et s’il y a des complications, c’est ce projet qui les prend en charge. » témoigne Hamadou Sanda, habitant à Dogba. Le bilan de cette semaine du chèque s’avère satisfaisant. Ceci au regard du nombre des visiteurs et du chèque vendus pendant ces deux jours. Cette initiative est mise en œuvre au moment où le projet est confronté au problème de visibilité sur le terrain, le comportement de certain personnel de santé véreux. « Il faut noter que la situation est entrain de s’améliorer depuis septembre. A cet effet, nous allons continuer la sensibilisation dans les localités où le chèque santé est accrédité afin de bannir les préjugés qui pèsent sur le projet. » rassure Dr Dama Mana, chef d’antenne régionale de gestion du chèque santé pour l’Extrême Nord.

L’antenne régionale chèque santé de l’Extrême Nord a organisé ses journées portes ouvertes. Elles se sont tenues du 09 au 10 décembre dernier. Visite guidée, gestion des plaintes, achat de chèque santé sur place sont entre autres activités menées. L’on dénombre près de 49 femmes retardataires se sont procurées de leur chèque en cette fin d’année à un prix promotionnel.

 

Le projet chèque santé vient de tenir sa toute première édition des journées portes ouvertes. Ces journées sont des activités marquantes de la semaine du chèque santé. L’antenne régionale a à ce titre organisé une kyrielle d’activités couronnées par des échanges avec la presse locale. Il est question d’échanger avec les journalistes, les bénéficiaires, la communauté afin de consolider les acquis et entreprendre des perspectives. Pour y parvenir, des quizz radiophonique ont été organisés et ont permis de mettre toute la population de l’Extrême Nord au parfum de ces activités. D’où la mobilisation des femmes bénéficiaires et autres personnes à l’esplanade du bâtiment abritant ce projet. Au cours de la cérémonie de lancement de ces journées, le chef d’antenne a tenu à remercier les bénéficiaires pour le choix porté à chèque santé. Celles et ceux ayant participé aux quizz radiophoniques ont reçu leur cadeaux. Des femmes ayant utilisées complètement le chèque santé ont reçu des lots. Ces dernières ont été récompensées. Elles ont reçu De manière générale, une satisfaction se dérange chez les bénéficiaires. Pour, « Je suis contente de ce projet. Il m’a permis de soutenir ma grossesse jusqu’à l’accouchement tel que les responsables du chèque nous ont expliqués. Je ne peux donc rester à la maison quand on organise des activités ici ». 

EXTREME NORD

Sous le haut patronage de son Excellence Jean ABATE EDI'I, Gouverneur de la Région du Nord, s’est tenue ce 21 Novembre 2019 à l’esplanade de la salle de fête de la Communauté Urbaine de Garoua, la « troisième édition des Journées Portes Ouvertes sur le C2D ».

Cette activité a eu pour but de faire connaître et valoriser les réalisations locales du C2D dans chacune des dix Régions du Cameroun. Ainsi, le C2D finançant en majorité la mise en œuvre du Projet Chèque Santé dans les trois Régions septentrionales, il était de bon ton qu’à cet effet, l’Unité de Coordination du Programme Conjoint (UCPC) du MINSANTE, représenté par l’Antenne Régionale de Gestion du Chèque Santé pour le Nord, anime un stand et présente les résultats obtenus par le secteur Santé, avec en bonne place le Projet Chèque Santé dans le Nord. Comme résultats présentés, 40 188 femmes enceintes ont bénéficié du projet entre 2015 et 2019, et les prestations liées à ces femmes ont été payées aux formations sanitaires à hauteur de 828 246 828 FCFA. En plus, quelques bénéficiaires satisfaites du projet se sont mobilisées afin de manifester leur satisfaction au C2D.

Le Projet Chèque Santé, dans la poursuite de sa lutte pour la diminution du taux de mortalité maternelle et néonatale au moyen d’un mécanisme de prépaiement de soins appelé « chèque santé », permet de réduire les barrières financières d’accès aux soins obstétricaux et néonatals d’une part et d’améliorer la qualité des soins à travers un système d’achat de prestations de soins à un juste prix d’autre part.

Dans ce cadre, l’Antenne Régionale de Gestion du Chèque Santé pour le Nord a  organisé du 10 au 11 Octobre 2019 une réunion d’évaluation des résultats obtenus au cours du 1er semestre 2019, avec la participation des principaux intervenants que sont : les Responsables des formations sanitaires accréditées, les Chefs de Districts de Santé et le Délégué Régional pour la Santé du Nord, afin de s’assurer de l’atteinte des objectifs fixés.

PROJET CHEQUE SANTE : L’ANTENNE REGIONALE DE GESTION DU CHEQUE SANTE DU NORD IMPREGNE LE PERSONNEL DU FONDS REGIONAL DE PROMOTION DE LA SANTE DU NORD

Afin de permettre une bonne intégration du projet au FRPS Nord et d’anticiper la préparation  de la pérennisation de la mise en œuvre de ce nouveau mécanisme par cette structure, l’ARGCS Nord a organisé du 03 au 04 Octobre 2019, une réunion de capacitation des responsables et des superviseurs du FRPSN sur la mise en œuvre  du système chèque santé dans la Région du Nord.

PROJET CHEQUE SANTE : ATELIER DE REVISION INTERNE DES PROTOCOLES ET DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION OPERATIONNELLE DU PROJET CHEQUE SANTE

Initialement mis en œuvre par un opérateur national, le projet Chèque Santé a été transféré au Ministère de la Santé Publique depuis Mai 2018. Plus de trois années après le dernier atelier de programmation opérationnelle, ce projet a connu une évolution remarquable dans sa mise en œuvre, sans compter que des modifications au niveau de certains programmes à l’instar du PBF, la rupture des intrants des programmes de lutte contre le paludisme et le VIH/SIDA, l’extension du projet vers de nouvelles formations sanitaires impactent significativement sur la mise en œuvre de certaines activités du projet, nécessitant de fait que soit revue les protocoles de soins et la programmation opérationnelle initialement faite.

Dans ce cadre, l’Unité de Coordination du Programme Conjoint (UCPC) a organisé du 14 au 20 Octobre 2019  un atelier interne, réunissant les personnels des trois antennes septentrionales à Garoua, avec pour but de réviser les protocoles de soins et de peaufiner le document de propositions devant être présenté lors d’un autre atelier avec les responsables du MINSANTE pour validation.

 

 

A titre de rappel, le Chèque Santé a pour but de contribuer à la réduction du taux de mortalité maternelle et néonatale dans les Régions septentrionales du Cameroun, à travers la prise en charge gratuite des prestations liées à la grossesse, après achat du Chèque Santé à 6 000 FCFA. Il s’agit notamment de 04 consultations prénatales, 01 échographie, 01 accouchement sécurisé (simple, césarienne, épisiotomie, ou tout autre complication), le suivi post natal de la mère et de l’enfant jusqu’à 42 jours après accouchement et des complications liées à la grossesse (infections, anémie grave, pré-éclampsie sévère, éclampsie, déchirure du col du périnée, hémorragie post-partum, tétanos néonatal, détresse néonatale, hypoglycémie, et surtout Paludisme pour ne citer que celles-là).

En fait, le Paludisme reste selon le Ministère de la Santé Publique du Cameroun l’une des principales causes de mortalité chez la femme enceinte au Cameroun en général, mais beaucoup plus dans les 03 Régions septentrionales (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord). Raison pour laquelle aucun   effort n’est ménagé   pour   promouvoir   des   mesures préventives et curatives contre ce fléau. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans sont les couches de la population les plus  touchées.  Alors, si le paludisme n’est pas correctement traité, il peut entrainer la perte du bébé et même le décès de la femme enceinte. Pour prévenir efficacement le paludisme, toutes les femmes enceintes doivent dormir sous une moustiquaire imprégnée  et prendre le traitement préventif intermittent (des comprimés pendant la grossesse pour prévenir la maladie).

Alors, l’Antenne Régionale de Gestion du Chèque Santé du Nord a saisi l’opportunité de ce rassemblement autour de la distribution des MILDA pour rassurer  les communautés qu’en cas de manifestation de la maladie chez les femmes enceintes et nouveau-nés, ayant souscrit au Chèque Santé,  le traitement est totalement gratuit durant toute la période de grossesse jusqu’à 42 jours après l’accouchement chez la mère et le nouveau-né.

C’est donc environ 350 000 bénéficiaires MILDA qui ont été sensibilisés dans les Districts de Santé de Garoua 1, 2 et Figuil, sur les 15 Districts de Santé que compte la Région.

Ces différentes stratégies s’inscrivent donc comme une réponse forte du Gouvernement camerounais pour la diminution du taux de mortalité maternelle et néonatale, en préventif (MILDA) et en curatif (Chèque Santé) dans la Région du Nord.

Le 12 Septembre 2019 à la Délégation Régionale pour la Santé Publique du Nord, s’est tenue la cérémonie officielle de distribution de 1 666 509 Moustiquaires Imprégnées à Longue Durée d’Action (MILDA), présidée par le Gouverneur de la Région Jean ABATE EDI'I.  

Les chefferies traditionnelles ayant été identifiées comme l'un des principaux cadres où se sont déroulées les opérations de distribution, l’Antenne Régionale de Gestion du Chèque Santé Nord (ARGCS) a profité de cette aubaine pour mettre sur le terrain les 70 Agents de Santé Communautaires (ASC) et 03 Référents de Districts (RD) qu’elle compte pour mobiliser et sensibiliser davantage les bénéficiaires des MILDA sur le Chèque Santé et ses atouts, ceci sous la supervision du Responsable Marketing.

Le lundi 29 juillet 2019 à partir de 10 heures, Monsieur le Coordonnateur de l’Unité de Coordination du Programme Conjoint (UCPC), assisté de ses plus proches collaborateurs, a présidé dans la salle de conférence de l’UCPC à Yaoundé, une réunion de concertation entre les responsables de l’UCPC, les Chefs d’antennes Chèque Santé des régions septentrionales, l’administrateur du Fond Régional de promotion de la santé pour le Nord et les responsables de l’assistant Technique CIDR/CARE.

A l’issue de cette réunion, les documents suivants ont été élaborés pour une bonne collaboration entre les FRPS/AGCS et CIDR dans le cadre d’une mise harmonieuse des Cellules mobiles de développement (CMD). Il s’agit de :

  1. La matrice de responsabilité dans le cadre des CMD
  2. Le circuit de paiement des recettes liées à la vente des chèques
  3. Le circuit de gestion des factures des prestations

Les objectifs du Programme Conjoint MINSANTE-AFD/KFW sont de deux ordres : un objectif général et deux objectifs spécifiques. Le premier vise à contribuer à l’amélioration de la santé des populations du Cameroun surtout les plus vulnérables (femmes enceintes et enfants). A cet objectif général, il est à noter que ces couches vulnérables constituent d’une certaine manière la priorité des priorités pour le MINSANTE, qui éprouve le besoin réel d’aider à réduire la mortalité maternelle et néonatale. Le deuxième s’oriente sur deux fronts spécifiques qui lui permettront à terme, non seulement d’améliorer la gouvernance du système de santé, mais aussi de renforcer l’accessibilité et la qualité des services de santé.

Pour son implémentation, le suivi du programme a été délégué à une unité créée appelée l’UNITE SWAP. Même si elle s’est fait remarquer par la brièveté de son existence, l’unité Swap est dissoute et remplacée par l’unité de coordination du C2D Santé 1 et du Programme Conjoint MINSANTE/AFD/KFW (UC). 

L’UC quant à elle se fera accompagnée dans sa feuille de route par un bureau de consultance Internationale HERA-GFA-AGESFO tout en étant chapeauté par un Comité de pilotage.

Dans la mise en œuvre du PC, trois (3) composantes décomposées elles-mêmes en cinq (5) volets sont à la manœuvre. Ici, un regard plus adroit indique de scruter d’abord l’amélioration de la gouvernance du système de santé. 

Cette première composante sus-indiquée donne de la place et de l’espace à l’amélioration de la gestion du système de santé et au renforcement du suivi et de la coordination des DRSP ; dans sa deuxième composante, l’accent est plutôt mis sur l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité des services de santé. Ceci donne lieu à l’amélioration de l’accessibilité financière aux soins et l’amélioration de la disponibilité et de la qualité de l’offre de soins. Enfin, comme troisième composante et dernier volet, il s’agira de renforcer les capacités de coordination et de gestion du MINSANTE. Toutes ces composantes et ces volets facilitent le travail dans le but de susciter un meilleur rendement.

Partenaires